fbpx
Temps de lecture : 13 minutes

Dans cet article nous allons parler d’ETH 2.0 et je vais vous expliquer ce que cette nouvelle version d’Ethereum va apporter et pourquoi elle est tant attendue. ETH 2.0 va-t-il faire d’Ethereum l’investissement de la dĂ©cennie ? Regardons cela de plus près…

AVERTISSEMENT : Je (moi, Guillaume Teillet) ne suis ni conseiller en gestion de patrimoine, ni avocat, ni comptable, ni banquier. Tout ce que vous trouverez ici est mon avis PERSONNEL et ce que j’ai tiré de ma propre expérience et de mes propres recherches. Consultez TOUJOURS un professionnel si vous avez le moindre doute sur un investissement potentiel.

I – Ethereum, c’est quoi ?

Si vous ĂŞtes initiĂ© aux cryptomonnaies, et plus particulièrement Ă  Ethereum, je vous invite Ă  aller directement Ă  la partie II oĂą nous allons des limites actuelles d’Ethereum. En revanche, si vous ĂŞtes dĂ©butant ou que vous ne maĂ®trisez pas encore parfaitement le sujet, je vous invite Ă  continuer Ă  lire cette partie I qui est la base essentielle pour bien comprendre le reste de cet article.

L’histoire d’Ethereum commence avec celle d’une autre cryptomonnaie : en 2009, un mystĂ©rieux personnage, Satoshi Nakamoto, met en ligne un logiciel informatique rĂ©volutionnaire : Bitcoin.

Bitcoin est un logiciel qui permet de traiter des transactions financières. Ces transactions sont Ă©mises dans une monnaie, que l’on appelle le Bitcoin, et qui est propre au logiciel. Pour vĂ©rifier la validitĂ© de ces transactions, le logiciel s’appuie sur un rĂ©seau d’ordinateurs, que l’on appelle les mineurs, et qui mettent Ă  contribution leur puissance de calcul informatique afin de vĂ©rifier, de sĂ©curiser et de regrouper les transactions dans ce l’on appelle un bloc. Toutes les 10 minutes environ, un bloc est crĂ©Ă© par les mineurs et il est ajoutĂ© dans un registre virtuel public, que l’on appelle la Blockchain Bitcoin (chaĂ®ne de bloc en français).

Schématisation de la Blockchain

Ce processus de vĂ©rification-sĂ©curisation-enregistrement s’appelle quant Ă  lui le minage : c’est une activitĂ© qui nĂ©cessite Ă©normĂ©ment d’Ă©nergie car le processus de validation des transactions de Bitcoin s’appuie sur la preuve de travail (proof of work). Les mineurs doivent ĂŞtre les premiers Ă  rĂ©soudre un problème mathĂ©matique s’ils souhaitent pouvoir valider une transaction, et ainsi faire partie de ceux qui vont crĂ©er le nouveau bloc.  S’ils y parviennent, ils sont rĂ©munĂ©rĂ©s par des bitcoins nouvellement crĂ©Ă©s et par les frais des transactions traitĂ©es.

Bitcoin fonctionne sans autoritĂ© centrale, ni administrateur unique : aucun gouvernement ne le contrĂ´le. Il est gĂ©rĂ© de manière dĂ©centralisĂ©e grâce au consensus nĂ©cessaire du rĂ©seau pour qu’un bloc soit acceptĂ©.

Si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur le sujet, je vous offre -20% sur ma formation “COMPRENDRE LE BITCOIN PAR LA PRATIQUE : Découvrez comment fonctionne le minage de bitcoin

À gauche, une architecture centralisée. À droite, une architecture décentralisée.
Bitcoin utilise l’architecture de droite.

En 2011, un Canadien d’origine russe âgĂ© de 17 ans, Vitalik Buterin, dĂ©couvre le Bitcoin et commence Ă  s’intĂ©resser Ă  son code source. Après plusieurs mois d’analyse, Vitalik estime que celui-ci est très perfectible et il dĂ©cide de crĂ©er son propre projet : Ethereum.

Vitalik Buterin

Vitalik Buterin souhaite crĂ©er quelque chose de plus grand qu’une simple cryptomonnaie : il a envie de crĂ©er un logiciel qui servirait de plateforme pour lancer des applications dĂ©centralisĂ©es crĂ©Ă©es par d’autres dĂ©veloppeurs.

C’est ainsi que naĂ®t Ethereum : un protocole d’Ă©changes dĂ©centralisĂ©s permettant la crĂ©ation par ces utilisateurs de contrats intelligents (smart contract) grâce Ă  un langage de programmation. Après plusieurs annĂ©es de recherche et de dĂ©veloppement, Vitalik Buterin met en ligne Ethereum le 30 juillet 2015.

Le fonctionnement d’Ethereum possède des similaritĂ©s avec Bitcoin mais il possède tout autant de diffĂ©rences :

Les similarités avec Bitcoin :

  • Les deux systèmes s’appuient sur la preuve de travail et ils ont donc tous les deux besoin des mineurs pour fonctionner.
  • Ils ont tous les deux une blockchain publique qui leur est propre.
  • Ils ont tous les deux leurs propres monnaies : le Bitcoin est l’unitĂ© monĂ©taire du Bitcoin. L’Ether est l’unitĂ© monĂ©taire de l’Ethereum.
  • Le Bitcoin et l’Ether peuvent ĂŞtre utilisĂ©s « dans le monde rĂ©el » pour acheter des biens physiques ou des services (des maisons, des pizzas, des avions…)

Les différences avec Bitcoin :

  • Le temps pour gĂ©nĂ©rer un bloc est d’environ 10 minutes pour Bitcoin contre environ 15 secondes pour Ethereum.
  • Bitcoin traite des transactions financières alors qu’Ethereum traite des contrats intelligents : les contrats intelligents peuvent ĂŞtre un simple transfert d’Ether entre deux comptes ou l’exĂ©cution de plusieurs lignes du code d’un contrat.
  • L’Ă©mission de Bitcoin est limitĂ©e Ă  un peu moins de 21 millions de bitcoins (20 999 999.977) alors qu’Ethereum n’a actuellement pas de limite d’Ă©mission.

 

Avec Ethereum, les mineurs sont rĂ©munĂ©rĂ©s lorsqu’ils aident Ă  exĂ©cuter un contrat intelligent. Cette rĂ©munĂ©ration, que l’on appelle gaz (ou gas en anglais), se fait en Ether et c’est l’utilisateur choisi le prix qu’il est prĂŞt Ă  payer : s’il paye en dessous du prix moyen, l’exĂ©cution de son contrat mettra beaucoup plus de temps puisque toutes les transactions plus rĂ©munĂ©ratrices sont exĂ©cutĂ©es en prioritĂ©.

Grâce aux contrats intelligents, Ethereum a permis aux dĂ©veloppeurs informatiques de crĂ©er de nouveaux types applications web. On les appelle les Dapps et elles ont plusieurs caractĂ©ristiques que n’ont pas les autres applications :

  • Elles peuvent crĂ©er de nouvelles cryptomonnaies ou biens numĂ©riques.
  • Elles ne peuvent pas ĂŞtre censurĂ©es.
  • Elles peuvent construire des organisations, des propriĂ©tĂ©s, et mĂŞme des mondes virtuels qui sont dĂ©centralisĂ©s et gouvernĂ©s collectivement.

Contrairement aux applications web classiques, les Dapps n’ont pas besoin d’un serveur centralisĂ© ou d’une base de donnĂ©es : elles utilisent la blockchain d’Ethereum.

DiffĂ©rentes applications qui s’appuient sur la blockchain d’Ethereum

Les contrats intelligents ont notamment permis l’Ă©mergence de la Finance DĂ©centralisĂ©e (decentralized finance en anglais, ou DEFI).

Ethereum est à ce jour la deuxième monnaie cryptographique décentralisée la plus importante, après le Bitcoin.

II – Les limites actuelles d’Ethereum

Depuis son lancement en 2015, Ethereum est devenue la blockchain programmable la plus utilisĂ©e au monde. Elle a permis de voir Ă©merger de nouvelles applications qui ont gĂ©nĂ©rĂ© des milliards de dollars de valeur. Cependant, Ethereum se heurt encore Ă  quelques limites liĂ©es Ă  son architecture d’origine : c’est pour cela qu’Ethereum doit Ă©voluer pour pouvoir fonctionner Ă  son potentiel maximum.

Il existe 2 gros problèmes avec la version actuelle d’Ethereum :

Problème #1 : La vitesse

La version actuelle d’Ethereum peut traiter jusqu’Ă  20 transactions par seconde. En moyenne, on est d’ailleurs plus proche des 15 transactions par seconde. C’est un problème car il suffit qu’une application (Dapps) devienne un peu populaire pour que les frais de transactions s’envolent : c’est ce qui s’est passĂ© fin 2017 avec le lancement de l’application CryptoKitties.

Ethereum s’est soudain retrouvĂ© avec des milliers de transactions Ă  traiter car des internautes achetaient des chatons virtuels avec de l’Ether.

Comparer des blockchains dĂ©centralisĂ©s (Bitcoin, Ethereum…) et des systèmes propriĂ©taires centralisĂ©s (Visa, Mastercard, …) n’a pas vraiment de sens car il est beaucoup plus facile de gĂ©rer un très grand nombre de transactions par seconde lorsque l’on est centralisĂ©. NĂ©anmoins, voici quelques chiffres pour vous donner une idĂ©e :

Nom du système  Nombre de transactions par seconde maximum
Bitcoin (Source) 7
Ethereum (1.0) (Source) 20
Litecoin (Source) 56
Bitcoin Cash (Source) 60
Paypal (Source) 193
Ripple (Source) 1 500
Visa / Mastercard (Source) 24 000
ETH 2.0 (Source) 160 000

Tableau comparatif du nombre de transactions par seconde (TPS) en fonction des systèmes

Dans la pratique, les chiffres annoncés par Visa ne sont pas vérifiables et ils sont contestés par quelques spécialistes. Selon eux, Visa traiterait environ 1 700 transactions par seconde grand maximum et le chiffre de 24 000 TPS ne serait que théorique.

Problème #2 : La consommation d’Ă©nergie

Ethereum a Ă©tĂ© construit sur le modèle du bitcoin et utilise la preuve de travail (Proof of Work en anglais), issue du minage, pour valider, sĂ©curiser et enregistrer les transactions (ou l’exĂ©cution d’un contrat intelligent) dans la blockchain.

Or les blockchains qui utilisent un système de validation par la preuve de travail consomment Ă©normĂ©ment d’Ă©nergie : en effet, au fil du temps, le temps de calcul nĂ©cessaire aux mineurs pour qu’ils puissent valider une transaction augmente et donc fatalement l’Ă©nergie nĂ©cessaire augmente Ă©galement. C’est pour cela qu’en 2009 il Ă©tait facile de miner du bitcoin sur un ordinateur portable et qu’aujourd’hui cela n’a aucun sens.

Les blockchains qui utilisent un système de validation par la preuve de travail ont Ă©galement besoin que le coĂ»t en Ă©nergie soit Ă©levĂ© pour assurer leur propre sĂ©curitĂ© : en effet, elles limitent ainsi les risques d’attaques car si l’attaque coĂ»te plus cher en Ă©nergie que le gain potentiel alors elle n’a aucun intĂ©rĂŞt.

Enfin, dans un monde oĂą l’on est de plus en plus conscient des problèmes Ă©cologiques, la preuve de travail et la consommation d’Ă©nergie qu’elle implique est une aberration.

III – ETH 2.0, c’est quoi ?

ETH 2.0, aussi connu sous le nom de Serenity, est un changement en profondeur de la façon dont Ethereum fonctionne. Nous l’avons vu, Ethereum dans sa version actuelle est confrontĂ© Ă  un problème de vitesse, de scalabilitĂ© et de consommation d’Ă©nergie.

Pour rĂ©gler ces problèmes, ETH 2.0 a Ă©tĂ© pensĂ© pour permettre Ă  Ethereum d’ĂŞtre utilisĂ© par le plus grand nombre sans sacrifier pour autant la sĂ©curitĂ©, ni la dĂ©centralisation. Pour ce faire, et nous allons y revenir dans la suite de cet article, plusieurs choses vont ĂŞtre changĂ© ou ajoutĂ© Ă  Ethereum :

  • Ethereum va passer d’un système de validation de preuve de travail (Proof of Work) Ă  un système de validation Ă  preuve d’enjeu (Proof of Stake)
  • Ethereum va intĂ©grer des blockchains parallèles, nommĂ©es Shard chains. Elles devraient ĂŞtre au nombre de 64 pour commencer.
  • Ethereum sera dotĂ© d’une chaĂ®ne maĂ®tresse, nommĂ©e Beacon Chain.

Ainsi, ETH 2.0 rĂ©soudra le problème de vitesse et de scalabilitĂ© en passant de 20 transactions par seconde Ă  plus de 160 000 et le problème de consommation d’Ă©nergie en passant d’une validation utilisant la preuve de travail Ă  une validation utilisant une preuve d’enjeu amĂ©liorĂ©e.

IV – Le passage d’une Preuve de Travail Ă  une Preuve d’Enjeu

Comme nous l’avons vu dans la section prĂ©cĂ©dente, l’une des modifications majeures que va apporter ETH 2.0 Ă  Ethereum est le passage d’une validation grâce Ă  la preuve de travail (Proof of Work) Ă  une validation grâce Ă  la preuve d’enjeu (Proof of Stake).

Avec ce nouveau système de validation, les milliers de mineurs vont disparaĂ®tre pour ĂŞtre remplacĂ©s par des milliers de validateurs. Pour devenir validateur de la blockchain, un utilisateur ou une entitĂ© devra ĂŞtre prĂŞt Ă  mettre sous sĂ©questre un minimum de 32 ETH : cela signifie que le validateur ne pourra pas vendre ou utiliser ces ethers pendant une certaine pĂ©riode de temps. En contrepartie, il sera rĂ©munĂ©rĂ© d’un pourcentage sur la totalitĂ© des ethers qu’il aura sĂ©questrĂ©s.

Le pourcentage de rĂ©compense accordĂ© au validateur en fonctions du nombre d’Ether qui sont sous sĂ©questre (stackĂ©)

En rĂ©sumĂ©, la preuve d’enjeu garde la blockchain en sĂ©curitĂ© en remplaçant la consommation d’Ă©nergie par un engagement financier.

V – Qu’est-ce que la fragmentation ou sharding ?

ETH 2.0 va également intégrer des blockchains parallèles, nommées Shard chains : elles seront au nombre de 64 pour commencer.

Cette fragmentation (ou sharding en anglais) va permettre d’augmenter la capacitĂ© de traitement d’Ethereum. Ă€ l’heure actuelle, tous les ordinateurs du rĂ©seau Ethereum doivent tĂ©lĂ©charger, calculer, stocker et lire toutes les transactions passĂ©es de la blockchain avant de pouvoir en crĂ©er une nouvelle. C’est l’une des raisons pour laquelle Ethereum ne peut gĂ©rer que 15 Ă  20 transactions par seconde.

Avec ce nouveau système, les ordinateurs qui valideront les transactions seront rĂ©partis sur les diffĂ©rentes blockchains parallèles : ils n’auront alors besoin que de tĂ©lĂ©charger, calculer, stocker et lire les transactions de la blockchain parallèle sur laquelle ils se trouvent et non pas tout l’historique du rĂ©seau.

VI – Qu’est-ce que la chaĂ®ne maĂ®tresse (ou Beacon Chain) ?

La chaĂ®ne maĂ®tresse (ou Beacon Chain) est une nouvelle blockchain qui sera au cĹ“ur d’Ethereum et qui fournira un consensus Ă  toutes les blockchains parallèles (Shard chains). Sur chaque blockchain parallèle, les validateurs crĂ©eront des blocs de transactions et les rapporteront Ă  la chaĂ®ne maĂ®tresse. Ces informations seront alors disponibles pour tous les blockchains parallèles et la chaĂ®ne maĂ®tresse maintiendra le consensus sur l’ensemble du rĂ©seau.

La chaĂ®ne maĂ®tresse est la première fonctionnalitĂ© d’ETH 2.0 qui sera mis en place dès la phase 0.

VII – ETH 2.0, c’est pour quand ?

ETH 2.0 a toujours Ă©tĂ© la vision Ă  long terme de Vitalik Buterin pour Ethereum. Afin de ne pas mettre en pĂ©ril la stabilitĂ© d’Ethereum, il a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© de dĂ©ployer ETH 2.0 en diffĂ©rentes phases. Ă€ l’heure actuelle, les dates annoncĂ©es ne sont que des estimations.

PHASE 0 : DĂ©ploiement de la beacon chain

Prévu pour 2020.

La première phase concerne le dĂ©ploiement de la chaĂ®ne maĂ®tresse, la beacon chain. Ă€ ce stade, elle ne sera pas totalement opĂ©rationnelle car les shards chains n’auront pas encore Ă©tĂ© dĂ©ployĂ©s. Elle n’aura donc rien Ă  synchroniser, si ce n’est elle-mĂŞme.

Son utilitĂ© principale Ă  ce stade sera d’enregistrer les validateurs et le nombre d’Ethers qu’ils souhaitent mettre en sĂ©questre (« stacké »). Il sera donc possible de mettre en sĂ©questre vos ethers mais il s’agira d’une opĂ©ration en sens unique pour le moment car pour les rĂ©cupĂ©rer il faudra attendre le dĂ©ploiement de la phase 2.

La date dĂ©finitive du lancement de la phase 0 n’est pas encore dĂ©finie : certains pensaient qu’elle aurait lieu le 30 Juillet 2020 mais ce ne fut pas le cas. Des rumeurs parlent Ă  prĂ©sent de Novembre 2020 ou du 3 Janvier 2021. Dans tous les cas, vous pouvez suivre l’avancement des prĂ©paratifs au lancement sur la checklist officielle.

PHASE 1 : DĂ©ploiement des shards chains

Prévu pour 2021.

Avec le lancement de la phase 1, nous allons voir apparaĂ®tre les shards chains : pour rappel, ce sont des blockchains dĂ©lĂ©guĂ©s de la chaĂ®ne maĂ®tresse (la Beacon chain). Les shards chains utiliseront la preuve d’enjeu et par consĂ©quent, ce seront dĂ©sormais les validateurs qui auront le pouvoir de crĂ©er de nouveaux blocs, plus les mineurs comme actuellement.

La phase devrait introduire un total de 64 shards mais ils ne devraient pas supporter les comptes ni les contrats intelligents Ă  ce stade.

PHASE 1.5 : Ethereum 1.0 (Mainnet) devient un shard

Prévu pour 2021.

Jusqu’Ă  cette phase, l’Ethereum tel qu’on le connaĂ®t (aussi appelĂ© Mainnet) continuera d’exister en parallèle d’ETH 2.0. Avant cette phase, Ethereum continuera donc d’utiliser la preuve de travail et les transactions continueront d’ĂŞtre validĂ©es par les mineurs.

Lorsque la phase 1.5 sera dĂ©ployĂ©e, Mainnet deviendra un shard chain parmi les autres et il utilisera dĂ©sormais la validation par preuve d’enjeu. Cette phase marquera la mort dĂ©finitive des mineurs et du minage.

Pour les utilisateurs et pour les applications (Dapps), cette phase devrait ĂŞtre transparente.

PHASE 2 : Déploiement de la version définitive des shards chains

Prévu pour 2021, voire 2022.

Avec la phase 2, les shards chains deviendront pleinement fonctionnels : ils seront compatibles avec les contrats intelligents et ils pourront communiquer plus librement entre eux. Il est même possible que les développeurs puissent créer leurs propres shards chains.

Le dĂ©ploiement de la phase 2 marquera la fin du dĂ©ploiement d’ETH 2.0

VIII – ETH 2.0 va-t-il avoir un impact sur la valeur des Ethers ?

Quel que soit le résultat du passage à ETH 2.0 (un succès ou un échec), il y a fort à parier que celui-ci est un impact sur la valeur des Ethers.

En effet, en cas d’Ă©chec, il est probable que la valeur de l’Ether diminue fortement, voir mĂŞme qu’Ethereum soit relĂ©guĂ© Ă  une cryptomonnaie de moindre importance.

Si au contraire le passage Ă  ETH 2.0 est un succès, alors la valeur de l’Ether devrait augmenter considĂ©rablement : elle pourrait dĂ©passer son record historique de 1 405.21 USD voire mĂŞme aller chercher encore plus haut, vers des valeurs que seul le Bitcoin atteint Ă  l’heure d’aujourd’hui.

Vous l’aurez compris, ETH 2.0 est donc un vĂ©ritable tournant dans la vie d’Ethereum : c’est quitte ou double (voir plus !)

IX – OĂą acheter des Ethers (ETH) ?

Il existe une multitude de plateformes sur lesquelles vous pouvez acheter des Ethers (ETH). Si vous ne savez pas comment faire, vous pouvez consulter cette formation gratuite qui traite du Bitcoin (mais dans l’idĂ©e, seuls la monnaie et le portefeuille changent !)

Dans cet article, je vous propose trois plateformes que j’utilise quotidiennement :

Achat d’Ethers par carte bancaire

L’application Crypto.com

Ouverture de compte : https://crypto.com/app/9wxzwmmnvk
Montant minimum :
 1 euro
Frais : variables (Gratuit en ce moment !)
Temps nécessaire : quelques minutes

La plateforme Coinbase

Ouverture de compte : https://www.coinbase.com/join/teille_a
Montant minimum :
 1 euro
Frais : variables
Temps nécessaire : quelques minutes

Achat d’Ethers par virement bancaire

La plateforme Kraken

Ouverture de compte : https://www.kraken.com
Montant minimum :
 1 euro
Frais : 0.26%
Temps nécessaire : entre 24h et 48h

X – Foire Aux Questions : vos questions, mes rĂ©ponses

Vous avez des questions Ă  propos d’Ethereum et d’ETH 2.0 ? N’hĂ©sitez pas Ă  les poser en commentaire et j’y rĂ©pondrais en mettant Ă  jour cette section.

Question : Si j’achète des Ethereum aujourd’hui, seront-ils compatibles avec la nouvelle version d’Ethereum (ETH 2.0) ?
RĂ©ponse : Oui ! La blockchain Ethereum que l’on connaĂ®t actuellement (Mainnet) va ĂŞtre intĂ©grĂ©e dans ETH 2.0 et deviendra un shard chain parmi d’autres. Par consĂ©quent, tous les ethers actuels seront toujours valides après le passage Ă  ETH 2.0

Question : Existe-t-il un risque que ETH 2.0 Ă©choue ou n’apporte pas les solutions aux problèmes que rencontre Ethereum ? 
RĂ©ponse : Le risque zĂ©ro n’existe pas. Il est en effet possible qu’ETH 2.0 n’apporte pas les solutions aux problèmes que rencontre Ethereum ou que son dĂ©ploiement rende Ethereum vulnĂ©rable. Cependant, les dĂ©veloppeurs travaillent sur ETH 2.0 depuis des annĂ©es et ETH 2.0 subit toute une sĂ©rie de tests pour s’assurer de sa robustesse avant le dĂ©ploiement.

Question : Est-il possible que l’Ether perde totalement sa valeur après le passage Ă  ETH 2.0 ? 
RĂ©ponse : La valeur de l’Ether s’apprĂ©cie en fonction du marchĂ© mais aussi en fonction des opportunitĂ©s offertes par Ethereum. Si ETH 2.0 Ă©choue ou que des problèmes de sĂ©curitĂ© apparaissent, oui, la valeur peut chuter drastiquement : mais c’est aussi le cas aujourd’hui. Personnellement, je pense qu’il y a plus de chance que l’inverse se produise et que la valeur de l’Ether augmente après le passage Ă  ETH 2.0

XI – Conclusion : mon avis sur ETH 2.0

J’ai essayĂ© dans cet article de ne pas trop rentrer dans la technique mais d’apporter suffisamment d’Ă©lĂ©ments pour que vous puissiez comprendre pourquoi ETH 2.0 constitue un vĂ©ritable tournant pour Ethereum.

En rĂ©glant les problèmes majeurs qui limitent le dĂ©veloppement d’Ethereum, ETH 2.0 va lui permettre de s’Ă©panouir complètement et d’enfin ĂŞtre utilisĂ© Ă  son plein potentiel.

Aussi, il y a fort Ă  parier qu’en cas de succès, la valeur des Ethers augmente significativement : d’une part, car Ethereum pourra traiter Ă©normĂ©ment de transactions par rapport Ă  ses concurrents, et d’autre part, car beaucoup d’Ether seront retirĂ©s du marchĂ© pour ĂŞtre mis sous sĂ©questre par les personnes ou les entitĂ©s qui souhaiteront devenir validateurs.

Un risque d’Ă©chec est toujours possible, bien sĂ»r, mais je le considère personnellement comme minime car l’Ă©quipe de dĂ©veloppement d’Ethereum a dĂ©jĂ  su dĂ©montrer son talent et sa robustesse. En revanche, je suis un peu plus inquiet sur un retard potentiel concernant le lancement de la phase 0 : nous sommes dĂ©jĂ  dans la deuxième partie de l’annĂ©e et aucune date officielle n’a encore Ă©tĂ© annoncĂ©e. NĂ©anmoins, je prĂ©fère bien entendu que cela prenne un peu plus de temps et que l’on soit sĂ»r qu’il n’y est aucun problème de sĂ©curitĂ© avant le dĂ©ploiement de la phase 0.

Je pense Ă©galement qu’il est très probable car la valeur des Ethers augmente dès lors que Vitalik Butterin annoncera une date pour le dĂ©ploiement de la phase 0 et que dans le futur, la valeur augmentera Ă  nouveau significativement avant chaque dĂ©ploiement de phases jusqu’Ă  ce qu’ETH 2.0 soit totalement opĂ©rationnel.

Il est également très probable que tous les cryptomonnaies et les actifs numériques qui sont basés sur la blockchain Ethereum voient leur valeur augmenter significativement.

Alors sommes-nous au dĂ©but d’une nouvelle ère pour Ethereum ? Atteindra-t-il des prix que seul le Bitcoin a rĂ©ussi Ă  atteindre pour le moment (5 000 USD ? 10 000 USD ? 15 000 USD ?) ? L’avenir nous le dira ! En attendant personnellement je me prĂ©pare pour ce qui pourrait ĂŞtre… l’investissement de la dĂ©cennie !

Et vous, qu’en pensez-vous ? On en discute en commentaire !

Cet article contient un ou plusieurs liens d’affiliations : cela signifie que je recevrais une petite commission si vous achetez ce produit (sans que cela n’entraîne un coût supplémentaire pour vous).

Commentaires