fbpx
Temps de lecture : 21 minutes

La semaine de 4 heures

Travaillez moins, gagnez plus et vivez mieux !

De Timothy Ferris, 2006, 380 pages

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

Introduction

La plupart des gens resteront employ√©s toute leur vie : ils travailleront de 9h √† 17h jusqu’√† leur retraite qu’ils ne pourront prendre qu’√† partir de 60 ans, parfois plus. Dans son livre, La semaine de 4 heures, Tim Ferris souhaite montrer au lecteur qu’il existe une autre voie : une voie qui peut lui permettre de r√©duire consid√©rablement son temps de travail, de le lib√©rer de toute contrainte g√©ographique et d’automatiser ses revenus pour qu’il puisse enfin vivre ses r√™ves.

La semaine de 4 heures est devenue un ouvrage incontournable, tout comme Père Riche Père Pauvre de Robert T. Kiyosaki.

√Čtape 1 : D√©couvrir les r√®gles du jeu

Chapitre 1 : Les remetteurs à demain versus les nouveaux bienheureux

L’auteur commence son livre par raconter une rencontre qu’il a v√©cue dans un avion au-dessus de Los Angeles : son voisin de si√®ge, Mark, est un entrepreneur √† succ√®s. Mark lui raconte qu’il poss√®de plusieurs stations-service, magasins, casinos, … Il lui raconte √©galement que lui et ses amis peuvent se permettre de perdre entre 500 000 et 1 million de dollars en un week-end √† Las Vegas.

Tim demanda alors √† Mark laquelle de ses activit√©s √©tait sa pr√©f√©r√©e et la r√©ponse de Mark fut : ¬ę¬†Aucune¬†¬Ľ.

Mark raconta √† Tim comment il avait pass√© 30 ans de sa vie en compagnie de gens qu’il n’aimait pas, √† faire des choses qu’il n’appr√©ciait pas pour pouvoir acheter des produits dont il n’avait pas besoin.

Mark fait partit de ce que Tim appelle ¬ę¬†Les morts-vivants¬†¬Ľ : ces entrepreneurs qui travaillent dur tout au long de leur vie pour pouvoir profiter de leur retraite avant de se rendre compte qu’ils n’ont pas assez profiter de leurs belles ann√©es.

L’objectif de La semaine de 4 heures est de vous donner des cl√©s pour que vous n’ayez pas besoin de rejoindre l’arm√©e des morts-vivants.

Au contraire, Tim estime qu’il fait partie des nouveaux-bienheureux : ces entrepreneurs qui ont d√©cid√© de profiter de la vie gr√Ęce √† leurs entreprises.

Selon l’auteur, il existe plusieurs diff√©rences entre les morts-vivants et les nouveaux-bienheureux :

  • Les morts-vivants : ils travaillent pour eux-m√™mes.
  • Les nouveaux-bien-heureux : ils font travailler les autres pour eux.

 

  • Les morts-vivants : ils travaillent quand ils le souhaitent.
  • Les nouveaux-bienheureux : ils √©vitent le travail pour le travail et ils font le minimum n√©cessaire pour un r√©sultat maximum.

 

  • Les morts-vivants : Ils prennent leur retraite t√īt.
  • Les nouveaux-bienheureux : Ils font ce qui les passionne et prennent des mini-retraites tout au long de leur vie.

 

  • Les morts-vivants : Ils ach√®tent tout ce qu’ils veulent.
  • Les nouveaux-bienheureux : Ils font tous ce qu’ils veulent.

 

  • Les morts-vivants : Ils sont le patron plut√īt que l’employ√©.
  • Les nouveaux-bienheureux : Ils ne veulent √™tre ni le patron, ni l’employ√© mais le propri√©taire.

 

  • Les morts-vivants : Ils veulent avoir plus.
  • Les nouveaux-bienheureux : Ils veulent avoir plus de qualit√© et moins de choses inutiles.

Pour l’auteur, √™tre financi√®rement riche et avoir la capacit√© de vivre comme un riche sont deux choses compl√®tement diff√©rentes : en r√©alit√©, les gens souhaitent plus obtenir le m√™me style de vie que les riches que d’√™tre financi√®rement riche.

Une personne qui travaille 20 heures par semaine et qui gagne 50 000 euros par an sera toujours plus libre qu’une personne qui travaille 80 heures par semaine et gagne 500 000 euros par an car le premier aura le choix sur le quoi, le quand, le o√Ļ et le qui.

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

Chapitre 2 : Des règles qui changent les règles ou pourquoi tout ce qui est populaire est faux

En 1999, Tim Ferris a remport√© la m√©daille d’or de boxe chinoise seulement 4 semaines apr√®s avoir commenc√© √† pratiquer ce sport. Comment ? En analysant les failles dans le r√®glement de la comp√©tition ! Ainsi, il a pu remporter la m√©daille d’or assez facilement.

Avec cette anecdote, l’auteur souhaite faire comprendre au lecteur qu’il est normal et sain de remettre en question ce que tout le monde fait : Ce n’est pas parce que 99% des gens ne lisent pas le r√®glement d’une comp√©tition que vous n’avais pas le droit de la lire et d’y chercher des failles pour remporter le premier prix plus facilement. Bien √©videmment, il faut le faire intelligemment : ce n’est pas parce que tout le monde utilise des couverts avec les mains que vous devez vous mettre √† utiliser vos pieds…

Selon Tim Ferris, il y a 10 règles de base pour les nouveaux-bienheureux :

  1. La retraite est une assurance contre le sc√©nario du pire : la retraite ne devrait pas √™tre vue comme un objectif final mais plut√īt comme un capital qui peut √™tre utilis√© dans le cas o√Ļ il y aurait une incapacit√© physique totale de travailler.
  2. L’int√©r√™t et l’√©nergie sont cycliques : l’√™tre humain est ainsi fait qu’il a besoin d’alterner entre les p√©riodes d’activit√©s et de repos car son int√©r√™t et ses capacit√©s physique et mentale croissent et d√©croissent de mani√®re cyclique.
  3. Moins n’est pas paresse : √™tre productif et √™tre occup√© sont deux choses tr√®s diff√©rentes ! Si vous d√©cidez de faire moins de t√Ęches sans valeur pour vous concentrer sur celles qui en ont vraiment, ce n’est pas de la paresse !
  4. Ce n’est jamais le bon moment : quel que soit votre projet, l’univers n’alignera jamais les √©toiles pour vous donner le feu vert pour le r√©aliser.
  5. Demandez pardon, pas la permission : la plupart du temps, prendre une initiative ne va pas cr√©er de catastrophe nucl√©aire dans votre vie. Souvent, les personnes rejettent des choses ou des id√©es sur des bases √©motionnelles alors qu’elles les accepteraient une fois mises devant les r√©sultats. Prenez des initiatives sans demander la permission et excusez-vous si vous vous trompez.
  6. Misez tout sur vos points forts et n’essayez pas de corriger vos points faibles : comme la majorit√© des gens, vous avez sans doute quelques points forts et beaucoup de points faibles. Concentrez-vous sur vos points forts et ne vous √©ternisez pas √† essayer de corriger vos points faibles.
  7. Trop c’est trop :¬†l’exc√®s n’est jamais bon !
  8. L’argent seul n’est pas la solution : ne rien faire parce qu’on √† pas assez d’argent est une excuse. L’argent seul n’est pas la solution √† tous vos probl√®mes.
  9. Le revenu relatif est plus important que le revenu absolu : Tom et Louise gagnent tous les deux 2000 euros par mois. Tom travaille 140 heures par mois alors que Louise n’a besoin de travailler que 70 heures par mois pour le m√™me salaire. Le salaire horaire de Louise (28 euros 50) est donc deux fois plus √©lev√© que celui de Tom (14 euros 28).
  10. Mauvais stress, bon stress : il existe deux types de stress ! Soyez stressé par le bon stress, celui qui motive et qui permet de se dépasser.

Chapitre 3 : Passer entre les balles РApprendre à gérer la peur et éviter la paralysie

Souvent, les gens pr√©f√®rent ne rien faire que de prendre des risques. Dans ce chapitre, l’auteur nous raconte qu’il a fonctionn√© comme cela pendant de nombreuses ann√©es.

En 2002, Tim dirigeait une entreprise qu’il avait cr√©√© et avec laquelle il gagnait beaucoup plus d’argent qu’il ne pouvait en d√©penser mais qui lui prenait aussi tout son temps. Se sentant prisonnier de son entreprise, il essaya de trouver une solution pour s’en lib√©rer.

Un jour, il eut un d√©clic : il fallait qu’il voyage. Seulement voil√† : pendant de nombreux mois, Tim se trouva toute sorte d’excuses pour repousser ce voyage. Finalement, il d√©cida de d√©finir pr√©cis√©ment ce qui lui faisait peur pour son entreprise s’il partait en voyage : un courrier important rat√©, ses √©conomies qui se r√©duirait, …

Tim remarqua qu’au fur et √† mesure qu’il mettait des mots sur ses peurs, son cerveau l’aidait √† trouver des solutions pour contourner ces probl√®mes. Au final, aucune de ces peurs n’allait cr√©er de catastrophe suffisamment importante pour modifier sa vie pour toujours. Il d√©cida alors d’acheter un aller simple pour l’Europe et loin de devenir une catastrophe, sa vie est devenue un r√™ve qu’il vit au jour le jour.

Le conseil de Tim Ferris ? Mettez des mots sur votre peur et donnez-lui une note sur 10 avec 10 √©tant ¬ę¬†ma vie sera modifi√©e pour toujours¬†¬Ľ. Ensuite, imaginez des solutions pour √©viter que cela se produise et comparer les risques avec les b√©n√©fices : Qu’attendez-vous pour passer √† l’action ?

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

Chapitre 4 : Réinitialisation du système РÊtre irréaliste et précis

L’auteur nous fait remarquer que la plupart des personnes manquent d’ambition car elles pensent qu’elles ne sont pas capables de r√©aliser de grandes choses.

Tim Ferris indique √©galement qu’il n’est pas capable de r√©pondre √† la question ¬ę¬†Qu’est-ce que tu veux ?¬†¬Ľ car la question n’est pas assez pr√©cise. En revanche, si on lui demande ce qu’il a envie de faire dans les 6 prochains mois pour apprendre une nouvelle langue, il sera beaucoup plus simple pour lui de r√©pondre √† la question.

La plupart des gens recherchent le bonheur mais Ferris pense que la notion de bonheur est devenue beaucoup trop vague √† force d’√™tre utilis√©e. Selon lui, la question que l’on devrait se poser n’est pas ¬ę¬†Quels sont mes objectifs ?¬†¬Ľ mais ¬ę¬†Qu’est-ce qui m’enthousiasme ?¬†¬Ľ.

Cette question doit √™tre accompagn√©e d’une r√©ponse pr√©cise : Ferris propose au lecteur une m√©thodologie en 6 √©tapes qu’il a intitul√© ¬ę¬†D√©finir son chrono-r√™ve¬†¬Ľ.

√Čtape 2 : Faire le m√©nage

Chapitre 5 : La fin de la gestion du temps

L’auteur pr√©vient le lecteur : avoir une journ√©e occup√©e est diff√©rent d’avoir une journ√©e productive. En r√©alit√©, √™tre occup√© est souvent la meilleure mani√®re de procrastiner et de reporter √† plus tard les choses importes que nous avons √† faire.

R√©aliser parfaitement bien une t√Ęche sans importance ne lui donne pas plus d’importance tout comme une t√Ęche sans importance longue √† r√©aliser restera une t√Ęche sans importance.

C’est comme cela que Ferris introduit une loi d√©couverte par Vilfredo Pareto, dite la loi de Pareto ou la loi 20/80 : elle indique que 20% des pays du monde d√©tiennent 80% des richesses du monde et que dans ces 20%, 20% des personnes se partagent 80% des richesses.

Ferris généralise cette loi : 80% des résultats sont obtenus par 20% des actions.

Apr√®s avoir compris cela, Tim Ferris s’est pos√© deux questions :

  • Quels sont les 20% de choses qui me causent 80% de mes probl√®mes ?
  • Quels sont les 20% de choses qui causent 80% de mon bonheur ?

Il a pris une journ√©e pour analyser ses r√©ponses et a d√©cid√© de ne plus contacter 97% de ses clients pour se concentrer sur les 3% les plus rentables. Il est ainsi pass√© de 120 clients √† 8 et son chiffre d’affaires est pass√© de 30 000 USD √† 60 000 USD. Ce changement lui a permis de r√©duire sa semaine de travail de 80 heures √† 15 heures.

Pour conclure ce chapitre, l’auteur nous pr√©sente une autre loi : la loi de Parkison invent√© par le Britannique Cyril Parkinson. Cette loi stipule que ¬ę¬†le travail s‚Äô√©tale de fa√ßon √† occuper le temps disponible pour son ach√®vement¬†¬Ľ. Cela signifie que si vous pr√©voyez quatre heures pour r√©aliser une t√Ęche qui n’en n√©cessite que deux, alors vous utiliserez quand m√™me les quatre heures.

Tim Ferris nous invite à utiliser ces deux lois pour :

  1. Identifier le petit nombre de t√Ęches essentielles qui apportent beaucoup de valeur.
  2. Leur assigner une date limite proche et précise.

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

Chapitre 6 : Di√®te d’information – Cultiver l’ignorance s√©lective

Dans ce chapitre, Tim Ferris explique pourquoi il ne regarde jamais les journaux t√©l√©vis√©s : il pratique ce qu’il appelle la di√®te de l’information.

Il s√©lectionne avec soin ce qu’il lit ou regarde pour obtenir que les informations qu’il l’int√©resse vraiment et laisse son entourage lui parler du reste : si une information est suffisamment importante, il y a de fortes chances pour que quelqu’un lui en parle.

Cette di√®te de l’information lui permet d’avoir l’esprit libre et de se concentrer sur ce qui compte vraiment pour lui.

Chapitre 7 : Savoir dire non ou comment interrompre les interruptions

Une interruption est un √©v√®nement qui vous emp√™che d’accomplir une t√Ęche en une seule fois. L’auteur les classes en trois cat√©gories :

1. Les interruptions qui vous font perdre du temps :

Toutes ces t√Ęches que vous pouvez √©viter avec peu voir pas de cons√©quence : une r√©union, la r√©ponse √† un email, un coup de t√©l√©phone… Heureusement, toutes ces interruptions peuvent facilement √™tre √©limin√©es. L’auteur vous recommande de :

  • Couper les notifications de votre logiciel de messagerie. Avez-vous vraiment besoin de r√©pondre dans la minute √† un email ?
  • Ne v√©rifiez vos emails qu’une √† deux fois par jour maximum. L’auteur vous conseille 12h et 16h.
  • Ne r√©pondez pas au t√©l√©phone :¬† si n√©cessaire, pouvez m√™me avoir une ligne de bureau pour les appels non urgents et une ligne portable pour les appels urgents.
  • R√©duisez le nombre de r√©union : l’auteur pr√©sente un plan en 6 √©tapes pour les √©viter.
2. Les interruptions qui consomment votre temps :

Toutes ces taches qui se r√©p√®tent ou ces demandes qui n√©cessitent toute votre attention mais qui interrompent un travail plus important comme par exemple : r√©pondre √† vos clients, faire une recherche sur internet, …

L’auteur prend l’exemple de l’impression d’un logo sur des T-shirts : pour imprimer un logo sur 20 T-shirts, il vous en co√Ľtera 300 euros et 1 semaine. Le co√Ľt et le temps n√©cessaire seront identiques si vous ne souhaitez que 3 T-shirts. Pourquoi ? Car certains co√Ľts (pr√©parations, main d’oeuvre…) ne changent pas quel que soit le nombre de T-shirts !

Tim Ferris souhaite faire comprendre au lecteur qu’il en est de m√™me avec certaines petites t√Ęches qu’il faut grouper pour √©viter de perdre trop de temps : Prenez 1h par jour pour r√©pondre √† vos clients plut√īt que de v√©rifier 20 fois par jour votre bo√ģte email pour r√©pondre dans la minute.

3. Les interruptions car vous ne savez pas déléguer :

Ce sont les interruptions en provenance de votre √©quipe (employ√©s, coll√®gues…) qui ont besoin d’une validation de votre part alors qu’ils pourraient prendre la d√©cision par eux-m√™mes.

Vous devez d√©l√©guer toutes les t√Ęches qui ne n√©cessitent pas votre intervention et faire en sorte que les t√Ęches qui n√©cessitent encore votre intervention n’en est plus besoin le plus rapidement possible.

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

√Čtape 3 : Installer le pilote automatique

Chapitre 8 : Externaliser votre vie

Dans ce chapitre, l’auteur nous explique comment il a externalis√© certaines t√Ęches √† diff√©rents assistants √† travers le monde. Un matin, alors qu’il se trouvait en Argentine, il consulta ses emails :

  • une premi√®re assistante avait retrouv√© un de ses anciens camarades de classe,
  • une seconde assistante avait pr√©par√© un Excel avec les r√©sultats des recherches qu’elle avait men√©s pour lui,
  • une troisi√®me assistante lui avait pr√©par√© une liste des meilleures √©coles de kendo au Japon, des meilleurs professeurs de salsa √† Cuba et pr√©par√© ses entretiens pour la semaine suivante,
  • une quatri√®me assistante lui annon√ßa qu’elle avait r√©solu une vingtaine de probl√®mes clients et qu’elle avait vu avec le comptable pour r√©gler les taxes.

Tim v√©rifia ensuite le compte bancaire de son entreprise et il constata que les revenus √©taient sup√©rieurs au mois pr√©c√©dent alors qu’il avait beaucoup moins de travail gr√Ęce √† ses assistantes.

Pour l’auteur, trouver son assistant personnel est une grande √©tape pour un entrepreneur car il le fait passer de l’employ√© au patron : c’est un test d√©cisif pour tout entrepreneur qui souhaite cr√©er quelque chose de plus gros qu’un simple emploi pour lui-m√™me.

Embaucher un assistant personnel a un co√Ľt, mais celui-ci ne devrait pas vous faire peur : si vous gagnez 25 euros de l’heure et que vous faites des t√Ęches qui pourraient √™tre accomplies par quelqu’un pay√© 15 euros de l’heure, alors vous n’utilisez pas vos ressources correctement.

Selon Tom Ferris, l’externalisation est m√™me possible pour les employ√©s : √† partir du moment o√Ļ il ne s’agit pas de t√Ęches sensibles, alors l’auteur vous conseille de ne m√™me pas lui en parler.

Avant de d√©l√©guer une t√Ęche, vous devez vous poser deux questions :

  • Cette t√Ęche peut-elle √™tre √©limin√©e ?
  • Sinon, cette t√Ęche peut-elle √™tre automatis√©e ?

Si vous r√©pondez non √† ces deux questions, alors vous pouvez d√©l√©guer cette t√Ęche. Il en existe deux types :

  • Les t√Ęches professionnelles
  • Les t√Ęches personnelles

Si vous souhaitez faire appelle √† un assistant personnel, l’auteur vous recommande de faire appelle √† une soci√©t√© avec une √©quipe de plusieurs personnes plut√īt que d’engager une seule personne : imaginez-vous √† l’a√©roport sur le point de partir en vacance et recevoir un email de votre assistant pour vous dire qu’il est malade et qu’il ne pourra pas travailler pendant les 2 prochaines semaines…

Chapitre 9 : Vos revenus en pilote automatique partie I – Trouver la muse

Dans ce chapitre, Tim Ferris nous parle de son ami Douglas Price. Douglas avait fond√© une start-up √† succ√®s mais seulement apr√®s quelque temps il avait perdu la motivation et la passion. Pour ne plus avoir √† travailler, Douglas lan√ßa un site de e-commerce qui vend des effets sonores pour les professionnels du cin√©ma, de la musique, des jeux vid√©o… Ces produits sont cr√©√©s par Douglas et ils sont vendus sous la forme d’un CD mais il ne g√®re ni la fabrication, ni la distribution.

Voici son business modèle :

  • Des publicit√©s sur diff√©rents moteurs de recherche redirigent les prospects sur le site de Douglas.
  • Une partie de ces prospects passe commande sur le site : cela peut aller de 29 USD √† 7 500 USD avec un panier moyen √† 325 USD.
  • Tous les deux jours, Douglas confirme les commandes et encaisse l’argent des clients. Ensuite, il envoie la commande au fabricant de CD qui s’occupe √©galement de l’exp√©dition (on appelle cela du drop shipping en anglais)
  • Douglas paye le fournisseur 45% du prix de la commande, 90 jours apr√®s l’ex√©cution de celle-ci.

Les avantages de ce système sont nombreux : 

  • Pas de tr√©sorerie n√©gative : les clients payent d’abord et ensuite Douglas r√©mun√®re le fournisseur.
  • Tout est automatis√© : la publicit√© redirige les clients vers son site internet.

Chaque commande moyenne rapporte √† Douglas 167.38 USD. Au moment o√Ļ Tim Ferris √©crivait le livre, Douglas ne travaillait plus que 2 heures par semaine et gagnait plus de 10 000 USD par mois. Il n’est pas passionn√© par les produits qu’il vend, mais il n’a plus besoin d’y consacrer tout son temps et il gagne bien sa vie. L’auteur appelle ce type d’entreprise ¬ę¬†les muses¬†¬Ľ.

Les muses ne sont pas des entreprises classiques : l’id√©e n’est pas de diriger une entreprise, mais d’en poss√©der une. L’objectif d’une muse n’est pas de r√©volutionner le monde : une muse doit vous permettre de cr√©er une source automatis√©e de revenue sans avoir √† y investir beaucoup de temps.

Pour poss√©der une muse, il vous faut un produit : vous devez pouvoir le tester pour moins de 500 euros, pouvoir l’automatiser en moins de 4 semaines et il ne doit pas n√©cessiter plus d’une journ√©e par semaine de gestion.

Selon Tim Ferris, il y n’y a que deux √©tapes pour cr√©er votre muse :

  1. Trouver un marché et des clients PUIS
  2. Créer ou trouver un produit pour ce marché

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

Chapitre 10 : Vos revenus en pilote automatique partie II – Tester la muse

D’apr√®s les statistiques, seuls 5% des livres publi√©s chaque ann√©e se vendent √† plus de 5 000 exemplaires… Pourtant, les maisons d’√©dition ont beaucoup d’exp√©rience : alors pourquoi ce pourcentage est-il si faible ? Et bien parce que l’exp√©rience mais aussi l’intuition ne servent pas √† grand-chose lorsqu’il s’agit de savoir si un produit va fonctionner ou non.

Pour savoir si un produit va rencontrer ses acheteurs, il n’y a qu’une solution : tester !

Pour cela, Tim Ferris propose au lecteur une solution parfaitement légale :

  1. Créer quelques pages de vente et utiliser Google Optimiseur de site pour mesurer leur performance.
  2. Vos pages de ventes d√©criront votre produit et elles comporteront des boutons ¬ę¬†Commander¬†¬Ľ et ¬ę¬†Ajouter au panier¬†¬Ľ. Si l’internaute clique sur l’un de ces boutons, il arrivera sur un formulaire ou il pourra saisir ces coordonn√©es. Apr√®s validation, il verra un message qui lui indiquera que le produit n’est plus disponible pour X raisons et qu’il sera pr√©venu quand celui-ci sera de nouveau disponible.
  3. Créer une publicité sur Google, Facebook, ou tout autre site à fort trafic pour votre cible.
  4. Comptez le nombre d’inscriptions √† votre formulaire comme une commande : est-ce que cela vaut le co√Ľt de cr√©er le produit ?

Chapitre 11 : Vos revenus en pilote automatique partie III – Le management par absence

Dans ce chapitre, Tim Ferris raconte qu’en 2003 il a √©t√© interview√© par des journalistes pour une √©mission t√©l√©. Cette interview a √©t√© un vrai cauchemar car Tim √©tait sans cesse interrompu par des notifications d’emails et des coups de t√©l√©phone. Il d√©cida de r√©agir et il se fixa comme objectif de r√©duire ces notifications au silence en revoyant compl√®tement l’architecture de son entreprise.

Six mois plus tard, il √©tait de nouveau interview√© mais cette fois-ci, aucune notification ne vient interrompre l’interview. Pourtant, son entreprise n’avait pas de salari√© √† part Tim lui-m√™me. En revanche, l’entreprise faisait travailler entre 200 et 300 personnes en sous-traitance sans que Tim n’ait besoin d’intervenir de quoi que ce soit. Les fournisseurs Tim g√©raient les commandes pour lui et lui remettaient des rapports toutes les semaines pour qu’il puisse suivre la progression de son chiffre d’affaires.

L’auteur donne ensuite au lecteur 3 √©tapes pour appliquer cela √† sa propre entreprise :

  • √Čtape 1 – Vous avez moins de 50 produits et vous en vendez moins de 10 par semaine : Fa√ģtes tout vous-m√™me : mettez votre propre num√©ro de t√©l√©phone pour pouvoir r√©pondre aux questions de vos clients et de vos prospects. Identifier leurs questions r√©currentes et pour pouvoir cr√©er une foire aux questions (FAQ)
  • √Čtape 2 – Vous vendez plus de 10 produits par semaine : Mettez la FAQ sur votre site puis rechercher une entreprise √† qui vous pourrez d√©l√©guer les op√©rations administratives et logistiques de votre entreprise. √Ä cette √©tape, vous devriez faire appel √† des petites structures pour avoir des co√Ľts limit√©s.
  • √Čtape 3 – Vous vendez plus de 20 produits par semaine : Normalement, √† partir de cette √©tape, vous ne devriez plus avoir de probl√®me de tr√©sorerie et vous devriez pouvoir vous offrir les services des meilleurs prestataires : trouvez-en qui s’occupe de tout de A √† Z.

Il conseille également de :

  • limiter au maximum le nombre de produits,
  • leurs options (trop d’options peu cr√©er un frein √† l’achat),
  • leur mode de livraison (une seul option et surtout pas de livraison en 24h),
  • leur mode de paiement,
  • d’√©liminer compl√®tement les commandes par t√©l√©phone (Amazon ne le fait pas, alors pourquoi le feriez-vous ?),
  • de ne pas proposer de livraison internationale vers des pays exigeants en termes de douane (trop de paperasse)

Cela suit la logique de la loi 20/80 et cela vous permettra d’automatiser plus facilement l’entreprise.

Lorsque vous aurez atteint l’√©tape 3, faites le m√©nage : appliquez la loi de Pareto √† vos clients et d√©barrassez-vous de ceux qui vous apportent le plus de probl√®mes et rapportent le moins.

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

√Čtape 4 : Briser les cha√ģnes

Chapitre 12 : Dispara√ģtre du bureau

Pas besoin d’√™tre chef d’entreprise pour √©chapper au m√©tro-boulot-dodo et aux 9h-17h ! Dans ce chapitre, l’auteur donne des conseils au lecteur pour qu’il puisse n√©gocier avec son entreprise de passer en t√©l√©travail.

Bien s√Ľr, le plus facile si vous souhaitez t√©l√©travailler est de trouver une entreprise qui le propose d√®s le d√©part : cependant, il est √©galement possible d’√©tudier avec votre employeur cette fa√ßon de travailler. Pour cela vous avez deux choses √† faire :

  1. Vous devez le convaincre que c’est int√©ressant pour son entreprise en accomplissant plus de travail que vos coll√®gues pour la m√™me p√©riode de temps.
  2. Faire en sorte que cela soit plus avantageux pour l’entreprise d’accepter que de refuser votre demande.

Pour vous donner l’avantage, Ferris vous recommande de commencer par r√©clamer √† votre entreprise une formation de deux √† quatre semaines. Vous devrez montrer √† votre sup√©rieur que cette formation sera un v√©ritable plus pour l’entreprise et qu’elle vaut le co√Ľt malgr√© son co√Ľt √©lev√©.

Ensuite, une fois la formation faite, vous pourrez passer √† l’action sur votre objectif principal : passez en t√©l√©travail. Pour cela, commencez par dire que vous √™tes malade et que vous ne pourrez pas venir au bureau pendant 2 ou 3 jours.

Pendant ces 2 ou 3 jours, vous allez travailler de chez vous en appliquant les principes de la loi de Pareto et de Parkinson : évitez les interruptions (beaucoup plus facile chez soi !) pour augmenter votre productivité par rapport à vos collègues et faites en sorte que votre supérieur le remarque.

Lors de votre retour au bureau, remettez √† votre sup√©rieur un rapport chiffr√© qui montre que vous √™tes nettement plus productif lorsque vous travaillez depuis chez vous. Dites-lui ensuite que vous aimeriez travailler de chez vous le lundi et le mardi √† titre d’essai (ne soyez pas trop gourmand d√®s le d√©but !). S’il refuse, demandez-lui que le lundi. S’il refuse √† nouveau, mettez votre d√©mission dans la balance : comme l’entreprise vient de d√©bourser une importante somme d’argent pour votre formation, ils r√©fl√©chiront √† deux fois avant de refuser de tester le t√©l√©travail.

Lorsque votre entreprise aura accept√© d’essayer le t√©l√©travail, vous pourrez progressivement n√©gocier 3, 4, puis 5 jours par semaine. En √©tant en t√©l√©travail, vous serez compl√®tement libre d’aller o√Ļ vous le souhaitez et de travailler comme vous le souhaitez.

Chapitre 13 : Les causes perdues

Dans le chapitre pr√©c√©dent, l’auteur a pr√©sent√© au lecteur un plan pour obtenir de son entreprise de travailler en t√©l√©travail. Cependant, pour certaines entreprises ce n’est absolument pas n√©gociable. Tim Ferris les appelle les causes perdues.

Lorsqu’une cause est perdue, il ne faut pas s’obstiner √† essayer d’am√©liorer les choses. Pour Ferris, il n’y a qu’une seule solution : d√©missionner ou se faire virer. Cela peut-√™tre une d√©cision compliqu√©e √† prendre, surtout quand on est dans la m√™me entreprise depuis 10 voir 15 ans, mais si vous ne le faites pas alors vous pourriez encore souffrir de cette situation pour 15 ans de plus !

Si vous avez peur de quitter votre job car vous ne pourrez plus payer les factures, pourquoi ne pas trouver un autre travail plus souple ou pourquoi ne pas cr√©er une muse sur votre temps libre qui vous permettra d’avoir une source de revenue imm√©diate. Quittez votre job ne nuira pas √† votre CV, il vous suffira de tourner les choses de fa√ßon positive.

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

Chapitre 14 : Les mini-retraites et la vie nomade

Avec sa libert√© retrouv√©e, Tim Ferris a adopt√© le style de vie nomade et les mini-retraites. Dans ce chapitre, il explique qu’un jour il d√©jeunait avec un ami de longue date qui allait bient√īt √™tre dipl√īm√© d’une grande √©cole de commerce et qu’il allait travailler dans une grande banque d’affaires (sans doute 80h par semaine). Au bout d’une dizaine d’ann√©es, il avait bon espoir de devenir directeur adjoint et de gagner entre 3 et 10 millions de dollars par an.

Tim lui demande ce qu’il ferait avec tout cet argent. Il r√©pondit : ¬ę¬†Je ferai un long voyage en Tha√Įlande¬†¬Ľ.

Cette conversation r√©sume assez bien un clich√© tenace : seuls les millionnaires peuvent se permettre de faire de long voyage car ils peuvent se les payer gr√Ęce aux int√©r√™ts gagn√©s par leurs millions. Or comme nous l’explique Tim Ferris (et comme j’ai pu personnellement l’exp√©rimenter), le co√Ľt de la vie n’est pas le m√™me partout !

La vie dans de nombreux pays (par exemple : la Chine, la Tha√Įlande, l’Ukraine, l’Am√©rique du Sud…) co√Ľte beaucoup moins cher qu’√† Paris ou √† New York !

En 2004, Tim Ferris d√©cida de partir en voyage pendant 1 mois. Il prit donc un aller simple pour l’Espagne, puis apr√®s quelques semaines il d√©cida qu’il voyagerait pendant 3 mois. Il se rendit en Scandinavie pour explorer ses racines ancestrales. Au total, ce voyage aura dur√© 15 mois. Il r√©alisa qu’il ne voulait pas de 20 ou 30 ans de retraite √† la fin de sa vie : non, il souhaitait prendre des mini-retraites tout au long de sa vie pour pouvoir en profiter pleinement.

Chapitre 15 : Combler le vide

Après être enfin arrivé à avoir une semaine de 4 heures de travail et une entreprise qui lui rapportait plus de 70 000 USD par mois, Tim Ferris alla à Londres.

La premi√®re journ√©e, il erra dans les rues de Londres en se posant inlassablement une seule question : ¬ę¬†Que vais-je faire de mes journ√©es ?¬†¬Ľ. Selon l’auteur, cette p√©riode de transition est tout √† fait normale : vous pourrez la combler en voyageant, en exp√©rimentant de nouvelles choses, mais un jour ou l’autre, vous ressentirez un vide.

C’est normal car la libert√©, c’est comme un nouveau sport : il faut un petit temps d’adaptation avant de la savourer pleinement.

Alors comment combler le vide ? Il existe plusieurs fa√ßons : apprendre √† savourer le temps qui passe, apprendre de nouvelles langues, devenir b√©n√©vole pour aider les autres, etc…

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

Chapitre 16 : Les 13 erreurs les plus fréquentes chez les Nouveaux Bienheureux

M√™me si vous appliquez les conseils de ce livre √† la lettre, vous commettrez des erreurs. L’auteur indique que cela est normal et que cela fait partie du processus. Voici les 13 erreurs les plus fr√©quentes :

  1. Perdre vos r√™ves de vue et retomber dans le travail pour le travail : Chaque fois que vous faites une rechute, relisez ce r√©sum√© ou l’introduction et la conclusion du livre.
  2. S’ennuyer tellement que vous voulez vous occuper de tout et envoyer des emails √† ceux qui s’occupent de vos affaires : Vous devez d√©finir les responsabilit√©s, les probl√®mes potentiels et les limites de la prise de d√©cisions de chaque prestataire puis laissez le syst√®me fonctionner par lui-m√™me.
  3. R√©gler des probl√®mes qui pourraient √™tre r√©gl√©s par vos prestataires ou vos coll√®gues : Laissez-les g√©rer les probl√®mes qu’ils sont capables de g√©rer.
  4. Aider vos prestataires ou vos coll√®gues avec le m√™me probl√®me plus d’une fois ou avec des probl√®mes b√©nins : Fixer des r√®gles ¬ę¬†Si… alors¬†¬Ľ pour les probl√®mes quotidiens et donner la libert√© d’agir a vos prestataires.
  5. Rechercher plus de clients alors que vous avez suffisamment de tr√©soreries pour financer vos r√™ves : Vivez vos r√™ves, on¬† ne vit qu’une fois.
  6. R√©pondre √† des emails qui n’apporteront pas une nouvelle vente ou qui pourraient √™tre trait√©s par une FAQ ou une r√©ponse automatique : Si un robot peut le faire √† votre place, pourquoi le faites-vous ?
  7. Travaillez l√† o√Ļ vous vivez, dormez ou devriez vous d√©tendre : Certaines personnes n’arrivent pas √† cloisonner leur vie : si c’est votre cas, vous devrez cloisonner vos environnements pour √©chapper au travail.
  8. Ne pas conduire une analyse 20/80 complète de toutes vos activités toutes les 2 à 4 semaines : Les mauvaises habitudes peuvent revenir vite !
  9. Être à la recherche de la perfection : être perfectionniste est un défaut, pas une qualité.
  10. Cr√©er des drames car vous vous ennuyez : s√©rieusement ? Vous n’avez vraiment rien d’autre √† faire ?
  11. Créer des urgences car vous vous ennuyez : arrêtez de vous concentrer sur vos affaires et profitez de la vie ! Donnez-lui un sens !
  12. Consid√©rer un produit, un travail ou un projet comme le but ultime de votre existence : Ce que vous faites aujourd’hui n’est qu’un tremplin vers la prochaine aventure.
  13. Ignorez l’aventure humaine : Ne passez pas √† c√īt√© du bonheur, de l’amiti√© et de l’amour.

Chapitre 17 : Le dernier chapitre

C’est avec ce court chapitre que l’auteur termine son ouvrage : il nous rappelle que la vie n’est ni un jeu √† gagner, ni un probl√®me √† r√©soudre et que c’est seulement apr√®s avoir compris cela que l’on peut vivre sa vie pleinement.

L’auteur termine par un po√®me, le temps de danser, √©crit par le p√©dopsychologue David L. Weatherford.

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

Conclusion : mon avis personnel sur ce livre

Ce livre peut réellement changer votre vie et votre façon de voir la vie.

Si vous ne deviez retenir que 10 idées de ce livre :

  1. Travailler moins n’est pas de la paresse.
  2. Les gens ne souhaitent pas devenir riches, ils souhaitent obtenir le même style de vie.
  3. La règle 80 / 20 doit devenir un automatisme pour vous.
  4. Concentrez-vous sur vos forces et ne perdez pas votre temps à essayer de combler vos faiblesses.
  5. Ne vous encombrez pas de bien matériel inutile
  6. Ne vous laissez pas submerger par l’actualit√© : cela perturbe votre productivit√©.
  7. Prenez des risques, arr√™tez d’avoir peur.
  8. Le temps à de la valeur.
  9. Parfois, moins est plus.
  10. Défiez le status quo.

Personnellement, j’essaye d’appliquer au quotidien des dizaines de conseils que j’ai trouv√©s dans ce livre. C’est notamment gr√Ęce √† ce livre que j’ai pris conscience que le t√©l√©travail √©tait vraiment fait pour moi et que j’ai gagn√© ma libert√© g√©ographique : je suis devenu digital nomad et je voyage d√©sormais dans le monde entier.

O√Ļ obtenir ce livre ?

     

Cet article contient un ou plusieurs liens d’affiliations : cela signifie que je recevrais une petite commission si vous achetez ce produit (sans que cela n’entra√ģne un co√Ľt suppl√©mentaire pour vous).

Commentaires